Derniers fragments d’un long voyage.

Il y a quelques temps, c’est à dire quelques années: ma grand-mère et Christiane Singer sont mortes. Deux inconnues en somme. L’une coiffeuse, prof de Yoga. L’autre Philosophe, Humaine aàplein-temps. L’une criait dans son dernier instant « Paul », l’autre silencieuse écrivait jusqu’au dernier souffle.

Tout le monde oubliera ma grand-mère, elle disparaitra sans doute avec moi. Même si je m’étais préssé mes enfants ne l’auraient pas connu. Mais j’aimerais que tous ai lu et gardé dans un coin de leur coeur ces Derniers fragments d’un long voyage, que son cancer a laissé le temps d’écrire à Christiane Singer; pour les transmettre.

« Le 1er Mars 2007,

Le voyage – ce voyage-la du moins – est pour moi terminé. A partir de demain, mieux: à partir de cet instant, tout est neuf. Je poursuis mon chemin.

Demain comme tous les jours d’ici ou d’ailleurs, sur ce versant ou sur l’autre, est desormais mon jour de naissance. »

Ecrit Christianne avant de s’éteindre. Le 1er Decembre de l’année précédente, un médecin lui annoncait qu’elle ne comptait plus que six mois au compteur avant de chavirer. Alors Christiane fait ce qu’elle a toujours fait, elle ecrit, et elle compte sur sa vie.

Les Derniers fragments, c’est le journal d’une fin de vie écrite par la plume toujours sincère d’une femme pour qui l’adjectif de « brillante » ferait figure d’euphémisme. Les derniers fragments, c’est le dernier livre que j’ai eu l’occasion de conseiller à ma grand-m§re avant qu’elle s’éteigne à son tour, le 24 juin de cette année la. A peine le temps pour Christianne d’écrire à son éditeur: « Prends-en soin, je t’en prie. Mon rêve serait qu’il paraisse le plus vite possible. Ce serait une manière très forte d’entrer desormais dans un espace NEUF – peu importe ou – mais NEUF. » A peine le temps pour ma grand mère de lire mon premier roman et de m’écrire « Continue d’écrire T. je pense que tu as le talent ».

Et moi dans tout ca, je me revois écrivant une dernière lettre, les derniers mots, attablé au bureau: conscient qu’il fallait les séléctionner, parce que ce seraient les derniers. Et moi dans tout ca, j’entends les phrases qui se déroulent, et décrivent la lente agonie, sans pudeur, et sans drame d’une dame qui plutôt que de craindre et d’espérer, laisse la mort aller et s’installer; par la description et le combat. Et moi dans tout ca, j’ai vu tout ce qui était décrit dans ce livre, la chimiothérapie, les cris de douleur, le contour des yeux qui s’affaissent.

« Je suis un peu decouragée ce soir, seule dans ce corps martyrisé. « le chemin du corps », le plus terrible me disait tout a l’heure Astrid… Pourquoi ai-je choisi celui-la ».

Christine raconte ce que ma grand mère a vécu dans son corps et ce que j’ai vu de mes yeux. Christine affronte la mort et transmet son courage. Le genre de livres qui changent le monde quand on leur laisse la chance d’être lus. Courez le lire et transmettez-le, comme on transmet la vie.

 

Moyens plus

La joie et la quiétude des longues heures de trainJe me souviens l’odeur de la mer. Je me souviens l’empressement. La joie et la quiétude des longues heures de train. Cette chaleur un peu. Celle qui nous laissait patauds dans le bus; sur les petites routes, dans les prés. Celle qui nous tentait entre deux nuages. La fraicheur salée le matin. Le lit de tes grands-parents, mou, évidemment. Je me souviens la voisine espionne dont j’ai déjà oublié le prénom. Le vendeur de miel sur le marché, et le qouing-aman dont je n’ai jamais su écrire le nom.

Se souvenir par nostalgie, comme par respect pour ce qui a été, pour que ce qu’on s’est aimés. La première femme avec qui j’ai vécu. La première femme avec qui je suis parti en vacances: comme un homme. L’obligation sur la serviette de bain, sur les pistes cyclables et dans les restaurant; d’être le torse, les épaules et la grosse voix pour deux. Les courses, le coup semestriel tiré prodigieusement entre deux bols de corn flakes, allongés sur le canapé, et dans les creux du matelas défoncé. La baignoire minuscule où tu relevais tes cheveux sur la nuque, pour lire d’une main les classiques que tu ne trouvais pas le temps d’aprécier le reste du temps. Je me souviens la promiscuité, l’odeur des crevettes dans la cuisine et les cailloux qui me défoncaient les pieds. Les glaces aux gouts impensables et les concerts sur le port: comme un dans un vrai film, comme dans un vrai couple. Comme on voulait toute l’annee: pendant trois semaines l’ete.

Loin de l’empressement. Loin de la prison dorée de vingt mètres au carré. Sur des vélos trop petits, et dégonflés; à parcourir des kilomètres dont nous ignorions tout. A parler Tolstoï, Nouveau Roman et goût de bière Bretonne. S’aimer ne prenait du sens que loin de toutes les contraintes. Loin de ton copain pédé qui ne baise pas. Loin de tes angoisses perfectionnistes. Loin de ton père. Alors tu rigolais. Alors on parlait de la vie. Alors on se saoûlait la gueule par hédonisme et non plus par fuite. L. la femme dans ma vie qui n’a été elle même qu’éxilée. Et en bon comte, en bon ponte; veritable chien accroché à son poteau telephonique, j’attendais en secret; durant de longs mois, que viennent ces instants où n’existait plus que la fille sans chaines qui pensait, rigolait, et regardait la mer sans arrières-regrets. De se laisser aller. De laisser l’avenir venir. De n’avoir plus à se ballader en gentille folle pour se rassurer. Celle éloignée, retirée de Paris. Celle engraissée qui réveillait le désir, celui-la exténué par la bise pour le reste de l’année. Rompue du métro. Sectionnée des lignes internet. Soignée des diplômes.

Claquer tout notre argent. Se baigner dans la mer déchainée par dix degrés, peu importe la marée. Alors je t’aimais, mais folle tu ne l’as jamais été.

Identité du maroc

Identité du marocDrapeau du Maroc: le drapeau du pays est rouge avec une étoile verte à cinq branches au milieu. Si le fond rouge du drapeau symbolise le sang versé pour le pays et la couleur des Alaouites, l’étoile à cinq branches évoque les cinq bases de l’Islam dont la prière, le ramadan, la foi, le pèlerinage à La Mecque et l’aumône (zakat).

En plus d’être la couleur de l’Islam, le vert de l’étoile est aussi synonyme d’espoir.

Situation: le Royaume du Maroc se trouve dans l’hémisphère nord en Afrique. Il partage ses frontières avec l’Algérie à l’est et au sud-est, le Sahara occidental au sud. Il est bordé par l’océan Atlantique à l’ouest.

Superficie : 710 850 km² incluant le Sahara

Population : 32 309 239 habitants selon le recensement 2012

Densité: 70.92 Habitants par km² ou 44.55 habitants par km² si on inclut le Sahara

Capitale : Rabat

Régime Politique: le Royaume du Maroc est une monarchie constitutionnelle dont le souverain à ce jour est le roi Mohammed VI de la dynastie alaouite. Il possède un parlement élu. Le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement.

Langue Officielle : Arabe

Monnaie: Dirham (MAD)

Religion : l’Islam

PIB : 1780 USD par habitant

La musique nationale : la musique populaire marocaine est le châabi. Elle est chantée soit en dialectes berbères ou en arabe.

Les clichés : le désert du Sahara, l’Erg Chebbi, les dunes, l’Ouarzazate et les villes impériales comme Fès, Marrakech et Rabat.

Carnaval : Il n’y a pas de carnaval au Maroc.

Sports : randonnée équestre dans le Moyen Atlas ou dans la région de Fès, ski dans le Haut Atlas, aviron sur les fleuves de Sebou, Loukos ou Bou Regreg; plongée sous-marine au Cap Negro ou dans la baie de Martil ; sports nautiques divers dans les stations balnéaires marocaines (Agadir, Tanger, Essaouira, El-Jadida, etc.).

Décalage Horaire : Il y a une heure de décalage entre la France et le Maroc en hiver et deux heures en été.

Visa : pour un séjour de moins de trois mois sur le territoire marocain, les ressortissants français n’ont pas besoin de visa. Ils doivent juste se présenter avec un passeport en cours de validité aux frontières.

Eau : l’eau en bouteille capsulées est recommandée.

Fêtes/événements :

  • 11 janvier : anniversaire de l’indépendance
  • 15 février : naissance du prophète Mohammed
  • 20 mars : journée internationale de la francophonie
  • 1er mai : fête du travail ; 30 juillet : fête du trône
  • 14 août : fête de Oued Eddahab
  • 20 août : révolution du Roi et du Peuple
  • 21 août : Aid Achabab
  • 10 septembre : Aid Al Fitr
  • 6 novembre : la Marche Verte
  • 7 novembre : Aïd Al Adha
  • 18 novembre : fête de l’Indépendance du Maroc

Adresses utiles : ambassade de France à Rabat

Indicateur téléphonique : +212

La gastronomie marocaine

Les vacances au Maroc offrent l’occasion de procurer à vos papilles un hallucinant voyage à travers ses mille et une recettes.En effet, si au Maroc le couscous et le tajine sont des dénominateurs communs, chaque région en revanche possède ses propres spécialités, d’où une cuisine est extrêmement riche et diversifiée.

La gastronomie marocaine
La gastronomie marocaine

Le Tajine

Au cours de votre séjour au Maroc, vous aurez sûrement l’occasion de goûter au tajine, une préparation à base de viande ou de poisson avec plusieurs légumes. C’est un plat très épicé, mais rarement pimenté qui est servi dans tous les restaurants traditionnels.

Le couscous

Recette traditionnelle à ne pas manquer lors d’un voyage au Maroc, le couscous accompagne délicieusement les légumes, les fèves, les lentilles, etc. Cette préparation de semoule de blé ou d’orge est cuite à la vapeur et servie avec de la viande de bœuf ou de mouton.

Le Chebikia

Au dessert, le choix est large. Profitez alors de vos vacances au Maroc pour découvrir les riches saveurs de shebbakia. Il s’agit de rubans de pâte frits, arrosés de miel chaud et agrémentés de sésames grillés.

Le thé à la menthe

Côté boisson, le thé à la menthe est une véritable institution au Maroc. Sa préparation est souvent réservée aux hommes (le maître de maison par exemple).