Le Pacha de Marrakech

Le Pacha de Marrakech
Le Pacha de Marrakech

Le pacha de Marrakech s’étend sur plus de 8.500 mètres carrés. Cet endroit branché peut se diviser en trois parties : la discothèque, le chill out, et pour finir la piscine. Mais il ne faudrait pas oublier ses deux restaurants le Crystal et le Jana.

La discothèque du pacha Marrakech est réputée et respectée pour la musique qu’elle nous fait découvrir chaque soir, sons électroniques, deep house, house … . Elle a une à une sonorisation équivalente à 50.000 watts et un traitement acoustique inégalé. Très tendance elle nous apparaît comme un endroit chic et branché. Les sièges rouges sont mis en valeur par un arrière plan nuancé entre le blanc sombre et le bleu nuit.

Le chill out du pacha Marrakech est un ravissement pour les yeux. Son environnement est comme un délicat mélange, une union entre le monde oriental et le monde occidental. On observe un contraste entre le doré d’un coté, sur le bar …, le rouge est de mise de l’autre coté dans ses deux restaurants, sur les coussins, les chaises, les tables … .Omis le doré et le rouge la chill out a un olivier quinquagénaire qui approfondit encore cette ambiance mystérieuse et magique.

La baignade au pacha de Marrakech na pas été oubliée en effet il a pensé a construire une piscine. La piscine du pacha Marrakech se situe au cœur de cet endroit paradisiaque. Cette piscine a été faite a ciel ouvert pour permettre a ses clients de profiter des «sunbeld » qui l’entoure pour prendre un bain de soleil, ou pour prendre leurs déjeuner abriter de parasol.

Le pacha de Marrakech s’est lancé un objectif primordial : il veut atteindre 2.500 personne chaque soir en 2008 pour faire de 2008 une année bénéficiaire. L’année 2005 a été une année déficitaire et les années 2006 et 2007 seront des années d’équilibres.

Derniers fragments d’un long voyage.

Il y a quelques temps, c’est à dire quelques années: ma grand-mère et Christiane Singer sont mortes. Deux inconnues en somme. L’une coiffeuse, prof de Yoga. L’autre Philosophe, Humaine aàplein-temps. L’une criait dans son dernier instant « Paul », l’autre silencieuse écrivait jusqu’au dernier souffle.

Tout le monde oubliera ma grand-mère, elle disparaitra sans doute avec moi. Même si je m’étais préssé mes enfants ne l’auraient pas connu. Mais j’aimerais que tous ai lu et gardé dans un coin de leur coeur ces Derniers fragments d’un long voyage, que son cancer a laissé le temps d’écrire à Christiane Singer; pour les transmettre.

« Le 1er Mars 2007,

Le voyage – ce voyage-la du moins – est pour moi terminé. A partir de demain, mieux: à partir de cet instant, tout est neuf. Je poursuis mon chemin.

Demain comme tous les jours d’ici ou d’ailleurs, sur ce versant ou sur l’autre, est desormais mon jour de naissance. »

Ecrit Christianne avant de s’éteindre. Le 1er Decembre de l’année précédente, un médecin lui annoncait qu’elle ne comptait plus que six mois au compteur avant de chavirer. Alors Christiane fait ce qu’elle a toujours fait, elle ecrit, et elle compte sur sa vie.

Les Derniers fragments, c’est le journal d’une fin de vie écrite par la plume toujours sincère d’une femme pour qui l’adjectif de « brillante » ferait figure d’euphémisme. Les derniers fragments, c’est le dernier livre que j’ai eu l’occasion de conseiller à ma grand-m§re avant qu’elle s’éteigne à son tour, le 24 juin de cette année la. A peine le temps pour Christianne d’écrire à son éditeur: « Prends-en soin, je t’en prie. Mon rêve serait qu’il paraisse le plus vite possible. Ce serait une manière très forte d’entrer desormais dans un espace NEUF – peu importe ou – mais NEUF. » A peine le temps pour ma grand mère de lire mon premier roman et de m’écrire « Continue d’écrire T. je pense que tu as le talent ».

Et moi dans tout ca, je me revois écrivant une dernière lettre, les derniers mots, attablé au bureau: conscient qu’il fallait les séléctionner, parce que ce seraient les derniers. Et moi dans tout ca, j’entends les phrases qui se déroulent, et décrivent la lente agonie, sans pudeur, et sans drame d’une dame qui plutôt que de craindre et d’espérer, laisse la mort aller et s’installer; par la description et le combat. Et moi dans tout ca, j’ai vu tout ce qui était décrit dans ce livre, la chimiothérapie, les cris de douleur, le contour des yeux qui s’affaissent.

« Je suis un peu decouragée ce soir, seule dans ce corps martyrisé. « le chemin du corps », le plus terrible me disait tout a l’heure Astrid… Pourquoi ai-je choisi celui-la ».

Christine raconte ce que ma grand mère a vécu dans son corps et ce que j’ai vu de mes yeux. Christine affronte la mort et transmet son courage. Le genre de livres qui changent le monde quand on leur laisse la chance d’être lus. Courez le lire et transmettez-le, comme on transmet la vie.

 

Moyens plus

La joie et la quiétude des longues heures de trainJe me souviens l’odeur de la mer. Je me souviens l’empressement. La joie et la quiétude des longues heures de train. Cette chaleur un peu. Celle qui nous laissait patauds dans le bus; sur les petites routes, dans les prés. Celle qui nous tentait entre deux nuages. La fraicheur salée le matin. Le lit de tes grands-parents, mou, évidemment. Je me souviens la voisine espionne dont j’ai déjà oublié le prénom. Le vendeur de miel sur le marché, et le qouing-aman dont je n’ai jamais su écrire le nom.

Se souvenir par nostalgie, comme par respect pour ce qui a été, pour que ce qu’on s’est aimés. La première femme avec qui j’ai vécu. La première femme avec qui je suis parti en vacances: comme un homme. L’obligation sur la serviette de bain, sur les pistes cyclables et dans les restaurant; d’être le torse, les épaules et la grosse voix pour deux. Les courses, le coup semestriel tiré prodigieusement entre deux bols de corn flakes, allongés sur le canapé, et dans les creux du matelas défoncé. La baignoire minuscule où tu relevais tes cheveux sur la nuque, pour lire d’une main les classiques que tu ne trouvais pas le temps d’aprécier le reste du temps. Je me souviens la promiscuité, l’odeur des crevettes dans la cuisine et les cailloux qui me défoncaient les pieds. Les glaces aux gouts impensables et les concerts sur le port: comme un dans un vrai film, comme dans un vrai couple. Comme on voulait toute l’annee: pendant trois semaines l’ete.

Loin de l’empressement. Loin de la prison dorée de vingt mètres au carré. Sur des vélos trop petits, et dégonflés; à parcourir des kilomètres dont nous ignorions tout. A parler Tolstoï, Nouveau Roman et goût de bière Bretonne. S’aimer ne prenait du sens que loin de toutes les contraintes. Loin de ton copain pédé qui ne baise pas. Loin de tes angoisses perfectionnistes. Loin de ton père. Alors tu rigolais. Alors on parlait de la vie. Alors on se saoûlait la gueule par hédonisme et non plus par fuite. L. la femme dans ma vie qui n’a été elle même qu’éxilée. Et en bon comte, en bon ponte; veritable chien accroché à son poteau telephonique, j’attendais en secret; durant de longs mois, que viennent ces instants où n’existait plus que la fille sans chaines qui pensait, rigolait, et regardait la mer sans arrières-regrets. De se laisser aller. De laisser l’avenir venir. De n’avoir plus à se ballader en gentille folle pour se rassurer. Celle éloignée, retirée de Paris. Celle engraissée qui réveillait le désir, celui-la exténué par la bise pour le reste de l’année. Rompue du métro. Sectionnée des lignes internet. Soignée des diplômes.

Claquer tout notre argent. Se baigner dans la mer déchainée par dix degrés, peu importe la marée. Alors je t’aimais, mais folle tu ne l’as jamais été.

Identité du maroc

Identité du marocDrapeau du Maroc: le drapeau du pays est rouge avec une étoile verte à cinq branches au milieu. Si le fond rouge du drapeau symbolise le sang versé pour le pays et la couleur des Alaouites, l’étoile à cinq branches évoque les cinq bases de l’Islam dont la prière, le ramadan, la foi, le pèlerinage à La Mecque et l’aumône (zakat).

En plus d’être la couleur de l’Islam, le vert de l’étoile est aussi synonyme d’espoir.

Situation: le Royaume du Maroc se trouve dans l’hémisphère nord en Afrique. Il partage ses frontières avec l’Algérie à l’est et au sud-est, le Sahara occidental au sud. Il est bordé par l’océan Atlantique à l’ouest.

Superficie : 710 850 km² incluant le Sahara

Population : 32 309 239 habitants selon le recensement 2012

Densité: 70.92 Habitants par km² ou 44.55 habitants par km² si on inclut le Sahara

Capitale : Rabat

Régime Politique: le Royaume du Maroc est une monarchie constitutionnelle dont le souverain à ce jour est le roi Mohammed VI de la dynastie alaouite. Il possède un parlement élu. Le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement.

Langue Officielle : Arabe

Monnaie: Dirham (MAD)

Religion : l’Islam

PIB : 1780 USD par habitant

La musique nationale : la musique populaire marocaine est le châabi. Elle est chantée soit en dialectes berbères ou en arabe.

Les clichés : le désert du Sahara, l’Erg Chebbi, les dunes, l’Ouarzazate et les villes impériales comme Fès, Marrakech et Rabat.

Carnaval : Il n’y a pas de carnaval au Maroc.

Sports : randonnée équestre dans le Moyen Atlas ou dans la région de Fès, ski dans le Haut Atlas, aviron sur les fleuves de Sebou, Loukos ou Bou Regreg; plongée sous-marine au Cap Negro ou dans la baie de Martil ; sports nautiques divers dans les stations balnéaires marocaines (Agadir, Tanger, Essaouira, El-Jadida, etc.).

Décalage Horaire : Il y a une heure de décalage entre la France et le Maroc en hiver et deux heures en été.

Visa : pour un séjour de moins de trois mois sur le territoire marocain, les ressortissants français n’ont pas besoin de visa. Ils doivent juste se présenter avec un passeport en cours de validité aux frontières.

Eau : l’eau en bouteille capsulées est recommandée.

Fêtes/événements :

  • 11 janvier : anniversaire de l’indépendance
  • 15 février : naissance du prophète Mohammed
  • 20 mars : journée internationale de la francophonie
  • 1er mai : fête du travail ; 30 juillet : fête du trône
  • 14 août : fête de Oued Eddahab
  • 20 août : révolution du Roi et du Peuple
  • 21 août : Aid Achabab
  • 10 septembre : Aid Al Fitr
  • 6 novembre : la Marche Verte
  • 7 novembre : Aïd Al Adha
  • 18 novembre : fête de l’Indépendance du Maroc

Adresses utiles : ambassade de France à Rabat

Indicateur téléphonique : +212

La gastronomie marocaine

Les vacances au Maroc offrent l’occasion de procurer à vos papilles un hallucinant voyage à travers ses mille et une recettes.En effet, si au Maroc le couscous et le tajine sont des dénominateurs communs, chaque région en revanche possède ses propres spécialités, d’où une cuisine est extrêmement riche et diversifiée.

La gastronomie marocaine
La gastronomie marocaine

Le Tajine

Au cours de votre séjour au Maroc, vous aurez sûrement l’occasion de goûter au tajine, une préparation à base de viande ou de poisson avec plusieurs légumes. C’est un plat très épicé, mais rarement pimenté qui est servi dans tous les restaurants traditionnels.

Le couscous

Recette traditionnelle à ne pas manquer lors d’un voyage au Maroc, le couscous accompagne délicieusement les légumes, les fèves, les lentilles, etc. Cette préparation de semoule de blé ou d’orge est cuite à la vapeur et servie avec de la viande de bœuf ou de mouton.

Le Chebikia

Au dessert, le choix est large. Profitez alors de vos vacances au Maroc pour découvrir les riches saveurs de shebbakia. Il s’agit de rubans de pâte frits, arrosés de miel chaud et agrémentés de sésames grillés.

Le thé à la menthe

Côté boisson, le thé à la menthe est une véritable institution au Maroc. Sa préparation est souvent réservée aux hommes (le maître de maison par exemple).

Ikan Dive un club peu recommandable : Récit de ma plongée chez Ikan Dive

Récit de ma plongée chez Ikan DiveEn arrivant sur Padangbai j’ai voulu tester la plongée sous marine. Sport que je ne connaissais pas auparavant. Je me suis dirigé vers Ikan Dive en voyant qu’il s’agissait d’un club de plongée français à Bali. Je me suis dit que j’aurai un enseignement de qualité et cela me rassurait plutôt que de passer par un autre club. Ne connaissant pas le vocabulaire technique de la plongée j’avais peur de recevoir des cours en anglais. Après coup j’ai vite compris qu’en anglais ou en français ça ne changeait pas grand-chose.

J’ai pris quelques renseignements et j’ai réservé un baptême pour le lendemain matin. Mon premier baptême s’est correctement déroulé. Mon Divemaster était très sympa et vraiment pédagogue. Pour un club français on avait oublié de me préciser que mon moniteur n’était pas francophone. Parlant anglais je n’ai pas eu de mal à comprendre. Mais la moindre des choses aurait été de prévenir.

Ma première plongée s’est très bien déroulée j’ai décidé de continuer et de faire un autre baptême le lendemain. Durant mon séjour à Padangbai j’ai eu de la chance j’ai quasiment tout le temps été le seul plongeur, le village était vide de touristes.

La plongée à Padangbai

Padangbai est un site très pratique pour plonger car il est accessible à 5 minutes en bateau. Il y a quelques sites sur le fameux Blue Lagoon où l’on peut voir de jolis coraux. Ce n’est pas le meilleur endroit pour observer des gros poissons par contre. Au niveau des récifs coraliens il y a de quoi se faire plaisir aux yeux avec des coraux de toutes les couleurs. Pour ma part j’y ai observé des murènes, des raies à points bleus, des poissons lions, un poisson crocodile, des némos, un requin de récif, d’une manière générale des poissons et des coraux de toutes les couleurs.

Un mari un peu trop jaloux chez Ikan Dive ?

Après mes baptêmes, j’ai décidé de passer mon niveau 1 et 2 Padi. C’est à partir de ce moment là que les choses ont commencé à dérailler chez Ikan Dive. Durant mes 2 premiers jours aucun souci (je reviendrai sur la qualité de l’enseignement qui avec du recul me parait très léger). C’est Claire la patronne du club qui me fait les cours et également les plongées.

Le 3ème jour après ma plongée je discute avec Claire car elle me demande des renseignements pour son site web. Au bout d’un certain temps elle s’en va pour discuter dans le bureau de son mari.

Comme il y a le Wi Fi au chez Ikan Dive, je demande à Claire si je peux rester une petite heure pour profiter du net. Quelques minutes plus tard son mari vient me voir et me regarde d’un air méchant en me disant : sors de là !

Sur le moment je n’ai réellement pas compris, j’ai rien dit et suis parti. Le lendemain matin je demande des explications à Claire. Elle m’explique que ce n’est rien, juste un malentendu, je n’y suis pour rien me dit elle. Ce jour là je devais aller plonger à Tulamben. Un site de plongée à une heure de voiture.

Un peu gênée, elle vient me voir en m’expliquant qu’il n’est pas possible d’aller plonger à Tulamben aujourd’hui, mais que l’on peut quand même aller plonger à Blue Lagoon sans m’expliquer pour autant pourquoi. Je commence à ne pas apprécier car la plongée à Tulamben était comprise dans le forfait. Je finis pas lui arracher les vers du nez et elle m’explique que son mari ne veut pas que j’aille plonger avec elle seul (histoire de jalousie si je comprends bien). Je précise que Claire a le double de mon âge !

Là je commence à ne plus vraiment apprécier. Je me dis qu’à la base j’ai voulu l’aider en lui donnant des renseignements et c’est comme ça que l’on me remercie ! Et de toutes les façons ce que je disais à Claire, je suis un client j’estime qu’à ce prix là on peut au moins me parler avec respect.

Le comble !

Une dizaine de minutes plus tard, on vient me voir me disant que Mawi le mari de Claire (et patron du club) souhaite me parler. D’une manière tout à fait officielle Mawi devant Claire vient m’expliquer que qu’il faudrait que je comprenne qu’ici on est en Indonésie et que je ne peux pas me permettre d’aller parler à Claire sans lui demander la permission auparavant.

Je réponds avec le sourire tellement la situation me parait surnaturelle ! Je peux comprendre qu’il existe des différences de culture, mais il s’agit d’un club tenu par une française ou quasi que des clients français viennent depuis des années.

Ikan Dive : Des façons de faire peu professionnelle ?

Lorsque Claire est venue me voir pour m’expliquer qu’on ne pouvait pas plonger à Tulamben elle m’a également glissé :
– Si tu ne souhaites pas plonger je comprends
– Oui mais il faut que je fasse mes dernières plongées pour avoir ma certification PADI
– Aucun problèmes, je te ferai quand même ton papier pour que tu aies ta certification

En gros je n’avais même pas terminé mes leçons que je pouvais quand même avoir ma licence PADI. Je trouve très peu professionnel voire dangereux. Donner une certification alors que je n’ai reçu qu’une partie de l’enseignement.

Un bonbon en guise de geste commerciale

Naïf comme je suis, j’ai quand même continué de plonger jusqu’au dernier jour avec Ikan Dive. Claire m’avait dit que je ne devais pas m’inquiéter « on s’arrangerait à la fin ».

Le jour où je suis allé payer Claire m’annonce qu’elle m’offre 40 dollars sur une facture de plus de 500 dollars. J’ai trouvé plus que léger pour se faire traiter comme une merde et ne pas avoir pu faire les plongées que je devais faire.

Mon ami blog sur son tour du monde http://www.marylandmarriagealliance.com// 

LA PÂTISSERIE DES RÊVES, SALON DE THÉ, PARIS 16E

patisserie-reves-enfantsCe week-end end, je suis allée avec Puce N°1 dans le salon de thé de la pâtisserie des Rêves rue du lonchamp avec Anne-Laure , C. (bientôt 2 ans, donc pas encore de blog) et Déborah. Il existe deux adresses à Paris, mais celle de la rue du Bac dans le 6e ne fait pas salon de thé, uniquement pâtisserie.

Nous avions lu à différents endroits qu’il y avait un espace dédié aux enfants, en fait il s’agit du salon de thé classique (en tout cas le samedi) mais les enfants sont bien accueillis. Petite puce N°1 a choisi l’assortiment de 6 mini-pâtisseries conçu pour les enfants (7,50€) et ses yeux se sont tout simplement illuminés en découvrant son assiette. Au menu : une tartelette au citron, une tartelette au chocolat, une tartelette tatin, un mini Paris-Brest, un Saint-Honoré et un gâteau chocolat-praliné croustillant.

Côté pâtisserie, les gâteaux sont présentés sous cloche et font tous merveilleusement envie à tout gourmand qui se respecte. Vous avez le choix entre des viennoiseries, madeleines, cakes, brownie… mais bien sûr comme le nom l’indique à différentes pâtisseries aussi belles que bonnes : tarte au citron, Paris-Brest, forêt noire, éclairs, tarte tatin, Saint-Honoré, tartes aux fruits de saison…

Côté salon de thé, le mercredi des ateliers sont organisés pour les enfants de 4 à 8 ans. Les ateliers permettent aux petits gastronomes de découvrir pendant 1h30 les secrets du chou à la crème et d’autres gourmandises. Le prix est de 30€ par enfant. Il est également possible d’organiser des anniversaires le mercredi après-midi, il faudra alors compter 33€ par enfant.

Pour en savoir plus, vous pouvez jeter un oeil sur le blog de la pâtisserie des rêves, il est très bien fait et regorge de vidéos pour vous faire entrer dans l’univers merveilleux de Philippe Conticini, les coulisses de la pâtisserie des rêves ou vous guider dans la réalisation de recettes expliquées pas à pas.

Voyage solidaire au Vietnam : Un projet bénévole au Vietnam

Voyage au Vietnam – un joyau de l’Asie – en faisant parti d’ un échange culturel qui vous fait probablement tomber en amour avec le Vietnam , destination qui inspire les gens, offre une nourriture exotique et des paysages magnifiques.

Ce projet vous offre l’opportunité unique de travailler avec des enfants vietnamiens enthousiastes et dynamiques et de contribuer à une meilleure qualité de vie pour les populations locales vivant au Vietnam. Vous serez fortement impliqué dans l’enseignement dans les écoles locales, pour le but de créer une infrastructure de l’éducation durable pour l’avenir des communautés locales.

QU’EST-CE QUE  C”EST, LE PROJET 

L’objectif du projet social de Minh Anh Voyage ( site : voyage vietnam .co )  est de faciliter et mettre en œuvre les objectifs de développement de l’éducation afin d’améliorer la vie des enfants vivant au Nord Vietnam. Les Bénévoles enthousiastes et aspirants sont la pour fournir des services bénévoles en faveur des orphelins et pauvres enfants dans l’espoir que, finalement, les jeunes seront en mesure de mener une meilleure vie, un meilleur avenir et de les intégrer avec succès dans leurs communautés.

Que vais-je faire?

Vous travaillerez au centre du lundi au vendredi. Votre horaire de travail portera sur un programme varié et agréable dans une école vietnamienne . Vous serez ensemble pleinement avec vos élèves et vous réveillerez votre propre créativité et l’initiative. Les types d’activités que vous pouvez faire: l’enseignement en anglais. Nous vous encourageons à faire preuve de créativité, de la conception des activités qui sont intéressantes et amusantes!

Vous serez logés dans des chambres dans le campus du collège. Les chambres seront partagés entre les bénévoles (même sexe) et il peut y avoir des douches et ventilateurs disponibles. Vous serez à proximité des étudiants locaux permettant un échange culturel complet. L’accès à Internet peut être disponible

Vous aurez trois repas par jour tout au long de votre projet. Le Vietnam est connu dans le monde entier pour son eau à la bouche des soupes traditionnelles de nouilles et fruits de mer frais, des plats de riz épicé . Une cuisine locale a votre service

Je vis Voyage, je rêve Voyage, je mange Voyage…

12/04/2011: Pfiouuuuuuuuuu !! Que de temps passé depuis ma dernière rubrique !! Je sais que vous savez pourquoi et que vous me comprenez ! Notre périple se poursuit toujours et encore , et pour ceux qui regardent nos photos, je pense que vous réalisez tout ce que nous vivons !! C’est Enorme !! Nous avons encore traversé de nombreux états et rencontré d’autres gens merveilleux ! Décidement, les States nous réservaient quelques surprises finalement ! Avant de partir, nous avions vraiment une idée préconçue, une image caricaturale de l’Amérique et des américains ! Certes, nous avons encore quelques réserves sur leur mode de fonctionnement et leur manière de vivre, mais les paysages…L’Amérique est tout simplement Sublimissime !! A chaque nouvel état, nous en prenons plein les mirettes, et pour peu que nous nous arrêtions hors des sentiers battus, nous entrevoyons tout le potentiel de ce vaste pays ! Quel tristesse de constater que bon nombre de citoyens américains ne s’en rendent pas compte eux-mêmes ! Nous observons que la plupart des personnes rencontrées ici n’ont jamais voyagé à travers leur propre pays ! Ceux qui vivent sur la côte Atlantique n’ont jamais mis les pieds dans le Pacifique, et inversement ! Nous sommes devenus, au fil des Km, des sortes de Héros pour beaucoup d’entre eux, c’est un sentiment très destabilisant pour nous ! Les gens nous chantent des “Wahouuu”, des ” Amazing”, “Bravo”… Nous n’avons pas la sensation d’être formidables, ni même différents des autres, mais pour beaucoup, vivre ses rêves, relève de l’héroisme ! Que c’est dommage !

La vie nous semble si pleine de sens depuis le début de nos aventures ! Tout est plus simple dans nos esprits ! Cela peut paraitre étrange, mais nous nous sommes rencontrés, je veux dire en tant que personne, qu’individu ! Guillaume et moi partageons bien plus qu’une vie de couple dorénavant ! Nous sommes une équipe, des amis ! Nous avons affronté tempêtes, soucis et embêtements ensemble, mais plus important encore, nous vivons chaque coucher de soleil l’un auprès de l’autre, les yeux tournés vers le ciel et la main dans la main ! Nous avons le temps, quel luxe, d’être véritablement là l’un pour l’autre ! La routine est obligatoire, surtout avec des enfants! Mais cette routine là est bien agréable!

Et puis, Je me suis rencontrée, moi, Aude ! Je sais QUI je suis! Je me suis comprise (il était temps), j’ai pardonné tant de choses, et j’ai appris à me pardonner à moi-même ! C’est une espèce d’introspection, de voyage intérieur ! On visite le monde qui nous entoure pour finalement se découvrir soi-même ! Et quelle béatitude, quelle sérénité ensuite !! J’ai accepté mes défauts, j’ai accepté ceux des autres, je me sens en accord avec celle qui est tapie au fond de moi depuis toujours et qui avait peur de se montrer au grand jour ! Merci la vie !

Nous allons continuer d’avancer, de rouler dans notre vieux camping-car que nous aimons tant ! C’est notre chez nous, notre carapace !

Nous allons continuer de découvrir, de profiter et de boire la vie ! Même si le budget commence à nous faire défaut (nous nous rendons compte en rencontrant d’autres voyageurs, que nous sommes vraiment partis avec un tout petit budget) et qu’il nous faut à présent faire des choix de parcours, nous bouffons l’asphalte comme une grande goulée d’oxygène !! Il nous tarde de nous poser quelques mois en Polynésie, mais en même temps, nous avons peur de ne plus être libres de rouler et d’avancer ! Nous sommes loin de la fin et projetons déjà un autre périple pour dans quelques années! Nous vivrons l’Amérique du Sud, nous vivrons l’Asie, c’est une certitude ! Le voyage est telle une drogue, une fois qu’on y a gouté, plus moyen d’y renoncer ! Je vis Voyage, je rêve Voyage, je mange Voyage…

Les enfants poursuivent leurs efforts à l’école, pas seulement pour le Cned, mais aussi à l’école de la vie ! Ils Voient, Observent, Découvrent, Rêvent, Imaginent, Projetent, Ingurgitent et Digèrent ! Valentine, malgré ses 2 ans profite de l’aventure tout autant que les autres! Son développement nous semble accéléré, elle est très en avance sur ses petits camarades de jeu rencontrés dans les parcs! Elle est évidemment sans cesse stimulée par nos visites, par nos découvertes mais aussi par les jeux des 2 grands et par l’école que nous faisons devant (et souvent Avec) elle. Elle commence à faire quelques phrases en anglais, a un vocabulaire ciblé en français, dessine, manipule, invente, créé et fait preuve de beaucoup d’humour et d’audace!

Louanne a gardé son sens inné de la solidarité ! Tout est une révélation pour elle, et elle s’implique vraiment dans notre mode de vie ! Elle a tellement pris confiance en elle ! Pour elle, aucun souci pour aller vers les autres, rentrer seule dans un magasin ou donner un coup de main à une personne dans la panade ! C’est une éternelle positive (un peu comme moi je dois dire)! Il lui est parfois difficile, cependant, de vivre en vase clos avec nous, ses amies lui manquent terriblement et il n’est pas rare qu’elle nous fasse part de ses souvenirs de jeux avec ses camarades! Elle a vraiment hâte d’être en Polynésie pour rencontrer des enfants francophones et partager plus que de simples jeux, des confidences ! Bizarrement, sa féminité et son côté ultra-fille se sont exacerbés au fil du voyage ! Les shorts, chaussures de rando et bandanas dans les cheveux n’ont pas eu raison de sa lolita-attitude ! Mais comment lui en faire reproche? C’est Elle, un point c’est tout !


Pour Maxime, là encore, c’est plus qu’un simple voyage, même s’il n’en a aucune conscience bien évidemment ! Il fait preuve de tant d’humour ! Nous avons la sensation que sa très grande sensibilité est en train de devenir un atout ! Il n’est plus Max le timide, mais Max le grand voyageur, celui qui en a vu, celui qui a vécu ! Pour lui aussi, ce voyage aura permis de prendre vraiment confiance en sa nature et de s’accepter tel qu’il est ! Il apprend à determiner ses qualités et ses défauts et fait preuve d’une grande lucidité ! Ses opinions sur le monde s’affinent et grâce à ses nouvelles connaissances, prennent une dimension vraiment très interessante ! Ce n’est pas un scolaire notre Max, c’est un viscéral: Il se nourrit de ses aventures et se forge sa propre culture! C’est un être libre et indépendant !

Voilà, vous aurez compris que le voyage forge le caractère! Il nous ouvre la voie de notre coeur!
Allez, tchô !

PS: Je profite de ce billet d’humeur pour faire un énorme coucou à Marieke et sa famille qui entreprendront eux aussi ce voyage dès le 1° janvier 2012 et qui ont été adorables de nous contacter via le site pour obtenir quelques conseils ! Bonne prépa à eux ! Leur blog est dans nos liens, n’hésitez pas !Je pense également à Jacques Brémond qui nous a laissé un message (livre d’or), qui m’a fait terriblement réflechir et que je remercie ! Grâce à vous, je me suis remise aux billets d’humeur !

Je pense à mon père qui vient de passer une semaine un peu difficile à l’hôpital, pour apprendre à comprendre et gérer son diabète, et à ma mère, toujours auprès de lui après toutes ces années ! Je vous bise tellement fort tous les 2 !

Enfin, je pense à ma Seve, qui vient de fêter son 30° anniversaire ! Même si je suis si loin d’elle physiquement, je me sens tellement proche par le coeur ! Enormes bisous ma poule et plein de belles choses à venir !!

2011 est arrivé

le 31/01/2011: Nous sommes en 2011 et je souhaite déjà vivre une année aussi riche et émouvante, vibrante et décalée qu’en 2010 !! Nous avons fait un sacré bout de route depuis mon dernier billet d’humeur !! Après nous être bien gelés au Canada, nous avons préféré chercher un peu de chaleur vers le sud ! Nous avons eu pas mal de coups durs avec Kiki : 2 pannes et surtout, toute la tuyauterie gelée ! L’horreur ! Plus d’eau dans le camping-car, avec tout ce que ça implique (plus de douche, plus de vaisselle, plus de WC..)! Bref une situation digne de grands aventuriers! Ajoutez à cela des températures de -10° à -30°, avec des réveils à 0°C à l’intérieur, alors là, on frise la crise de nerfs !! Paradoxalement, nous avons traversé toutes ces épreuves avec beaucoup de calme, de sérénité !! Pour nous laver: des bidons d’eau que nous faisons chauffer dans la cocotte, pour la vaisselle: des assiettes et couverts jetables et un peu d’eau chaude pour laver les casseroles, pour les WC: des bidons d’eau à côté des toilettes…Nous sommes bien plus doués que Mc Gyver (ben oui, il a pas de gosse celui là, c’est facile pour lui !!). Les enfants ont très bien fait face à toute cette situation, et personne n’est tombé malade !! Trop cool ! Bon, c’est un peu plus délicat au niveau de l’école ! Pas facile de travailler et se concentrer avec 10°C dans le camping-car !! Nous rattrapons notre retard tant bien que mal !!

Nous conservons dans nos coeurs des tas d’images incroyables: Le visage des présidents sculptés dans la montagne à Rushmore, la neige recouvrant les plaines de la réserve sioux dans le Dakota du nord, les immenses pics enneigés des Rocheuses, les falaises rouges de l’Utah, les arches ocres de Arches National parc, les maisons troglodytes agées de 700 ans de Mesa Verde, les maisons jaunes arrondies de Santa Fé, la route 66 et ses vieilles bagnoles, les 10 cadillacs plantées dans un champs de Amarillo au Texas, les petits bonshommes verts envahissants les boutiques de Roswell et enfin le sublime coucher de soleil sur les somptueuses dunes pâles de White Sands National Monument … Que rêver de plus? Que ça continue bien sûr…

Nous avons fait aussi de très belles rencontres ce mois-ci: Les Da Costa, famille française qui fait un voyage comme nous (leur site se trouve dans nos liens: costaventure!) que nous avons croisé à Roswell, Ryan rencontré à Cadillac Ranch au Texas, Joel, français vivant à Aspen et rencontré à Grand Junction dans le Colorado…et puis toutes ces rencontres virtuelles d’autres voyageurs comme nous et avec qui nous correspondons régulièrement: la famille Pomel (uneparentheses.net) en ce moment au Mexique et la famille de Valérie (pocahontas et sa tribu) au Mexique aussi (vous trouverez leurs sites dans nos liens). Cette façon de vivre nous rapproche tous, nous si différents à la base et si semblables finalement, ayant les mêmes aspirations de vie !

Bref, nous venons de vivre un mois chargé d’aventures, de découvertes, de rencontres, d’amitiés…Notre rêve se poursuit, sans déception, sans regret, sans nostalgie !!

Allez Tchô..
Ps: Que la vie est belle, il suffit de la prendre en main, de faire des choix (qui peuvent paraitre égoistes, stupides ou utopiques aux autres), de les assumer, de foncer au moins une fois sans regarder en arrière, et surtout ne pas prêter attention à la jalousie et à la méchanceté des proches ! FONCEZ quel que soit votre idéal !!

Older posts →